L'affaire Cédric CORNET :

Une nouvelle affaire Dreyfus ?

Par Nanouchka LOUIS

Colistière de la liste

Juriste, Expert et Médiateur

Doctorante en Droit privé/Droit public

En  politique  "diviser pour  mieux régner" est une stratégie qui vise à semer la discorde et à opposer les éléments d'un tout pour les affaiblir et à user de son pouvoir, pour les influencer.

Cédric CORNET, fidèle opposant qui n'a jamais eu sa langue dans sa poche était le candidat pressenti pour reprendre les rennes de la Commune du Gosier

 

L'affaire CORNET , parfois simplement appelé "l'affaire" est survenue en 2009 pour des faits qui remontent à 2013 autour de l'accusation pour atteinte sexuelle sur mineur de moins de 15 ans faite à Cédric CORNET.

 

Pour la petite histoire, Cédric CORNET a été relaxé en première instance par le jeu du bénéfice du doute et finalement condamné en appel par un "effet de manche" des magistrats de la Cour d'appel  de Basse-Terre.

 

​Dans cette affaire, le bénéfice du doute , grand principe général et fondamental de la procédure pénale est écarté.

 

Pour ceux qui ne le savent pas, ce principe  enjoint aux magistrats de prononcer une relaxe ou un acquittement si une incertitude persiste sur des faits objet des poursuites, ou sur la réalisation des conditions de l'infraction, ou encore sur la participation des personnes mises en cause.

L'affaire Cédric CORNET, une nouvelle affaire Dreyfus ?

J'accuse  !  Comme Emile ZOLA à l'époque, le but de cet article est   d'exposer les faisceaux d'indices qui pend réunion des données existantes sur cette affaire. Mon but est d'exposer volontairement

 

 

 

Alors, on peut se demander comment une juridiction de second degré a t'elle pu   décemment condamner  un innocent sur des faits entachés de doutes ?

Pire encore, en matière pénale, pour qu'une infraction soit imputable à un individu, il faut  réussir à établir  l'élément moral, c'est à dire l'intention de la commettre.

Dans des conditions d'usurpation d'identité ou de manoeuvres dolosives avérées, comment peut ont établir une intention  exempte de vice ? 

Une atteinte à la présomption d'innocence

Le bénéfice du doute est une application concrète, sur le plan procédural, du principe de la présomption d'innocence selon lequel " toute personne, qui se voit reprocher une infraction, est réputée innocente tant que sa culpabilité n'a pas été légalement démontrée."

 

 

Tout cela a eu pour conséquence  de jeter l’opprobre sur Cédric CORNET, divisant profondément et durablement en deux camps opposés les  Gosiériens : d'un côté les partisans de l'innocence de Cédric CORNET, et  de l'autre les partisans de sa culpabilité. 

Diviser pour mieux reigner !

« Je demande aux  Gosiériens s'il n'y a pas différentes façons de servir la  commune ? On peut la servir par l'épée ou par la plume. Nos opposant ont sans doute gagné certaines batailles, mais pas la Guerre. Par mon oeuvre, la véritable histoire de Cédric va pouvoir être portée dans la commune entière du GOSIER, la GUADELOUPE entière et le MONDE entier.

Scandalisée par cette affaire, j'ai décidé de frapper fort. Heureusement nous ne sommes plus en 1898

 

 

 

 

L'affaire Cédric CORNET, une nouvelle affaire Dreyfus ?

J'accuse  !  Comme Emile ZOLA à l'époque, le but de cet article est   d'exposer les faisceaux d'indices qui pend réunion des données existantes sur cette affaire. Mon but est d'exposer volontairement

 

 

 

Alors, on peut se demander comment une juridiction de second degré a t'elle pu   décemment condamner  un innocent sur des faits entachés de doutes ?

Pire encore, en matière pénale, pour qu'une infraction soit imputable à un individu, il faut  réussir à établir  l'élément moral, c'est à dire l'intention de la commettre.

Dans des conditions d'usurpation d'identité ou de manoeuvres dolosives avérées, comment peut ont établir une intention  exempte de vice ?